« Un été avec Homère » : Sylvain Tesson nous embarque dans l’Antiquité grecque

L’écrivain-voyageur Sylvain Tesson revient avec de nouvelles aventures.

images (5)

L’Odyssée c’est le poème de la fidélité, c’est le poème du retour, c’est le poème de la nostalgie, en fait Ulysse c’est nous tous ! 
Sylvain Tesson

Loin des steppes d’Asie Centrale et du Grand Nord, il invite le lecteur à partager « Un été avec Homère ». Un récit qui nous plonge dans L’Iliade et L’Odyssée et qui revisite les mythes grecs au regard de l’actualité contemporaine.

Écrivain, aventurier, voyageur et philosophe, Sylvain Tesson a fait escale dans l’archipel des Cyclades pour écrire « Un été avec Homère ». Ce nouvel essai se lit comme une chronique actuelle de L’Iliade et L’Odyssée. Le lecteur voyage aux côtés de deux compagnons de route de choix : Ulysse, le héros de l’Odyssée pris dans la houle du dieu Poseïdon après la guerre de Troie, et Homère, le plus célèbre des poètes grecs..

Invité sur le plateau de Grand Soir 3, Sylvain Tesson raconte cette nouvelle épopée littéraire.

Cet « été avec Homère » est à la fois un voyage dans l’Histoire et un essai qui traite du monde d’aujourd’hui. Chez Tesson, les sirènes ont troqué leurs costumes d’écailles contre des apparats beaucoup plus ensorcelants. L’auteur compare Facebook, Google ou Amazon aux sirènes d’Ulysse qui assènent au héros mythologique : « Nous savons tout ce que vous faites, vous les humains sur terre ».

« L’oeil de « Big Brother » is watching you et nous nous livrons à eux, ce sont des sirènes malfaisantes. »

(…) Par Odile Morain (extrait de https://culturebox.francetvinfo.fr/livres/essais-documents/un-ete-avec-homere-sylvain-tesson-nous-embarque-dans-l-antiquite-grecque-275101)

 

 

STREET ART A ATHÈNES

 

L’ART EST DANS LA RUE! Toute surface qui peut être pulvérisée, est couverte d’un nombre important de signatures et de dessins…et parfois de chefs d’oeuvre… 


Ces dernières années, la ville d’Athènes a considérablement évolué. Certains quartiers sont en pleine mutation et « les street-artistes » participent à leur réhabilitation.  Athènes est une ville incroyable avec une personnalité unique,  gorgée de nouveaux magasins, de cafés « ultra-tendance » et de bars fantastiques. Ses coins gris et tristes, quant à eux, se voit affublés de couleurs grâce aux graffitis et de stencils…

Aujourd’hui, Athènes est devenue un musée à ciel ouvert et pas seulement pour ses sites archéologiques. Ses rue sinueuses sont propices au « taguage » incognito et les jeunes s’en donnent à cœur joie décorant la ville et se réappropriant ses quartiers populaires.

A partir de 2008,  « les peintures de rues » se font politiques, on peut noter les œuvres de WD ou encore de Ino, souvent en lien avec les thèmes de la liberté ou de la crise économique. Ainsi Athènes est désormais un lieu de pèlerinage pour les Street-artistes et pour leurs admirateurs!

Pour une visite guidée avec des itinéraires exclusifs, nous proposons des expériences culturelles uniques dans la bonne HUMEUR!!!

Mangez comme un philosophe grec antique: Le menu Aristote

Selon Aristote , le monde était basé sur cinq éléments de construction: la terre, le feu, l’eau, l’air et l’éther. 

Le professeur de gastronomie Giorgos Palisidis a construit ce qu’il appelle le « menu aristotélicien », basé sur les aliments et les ingrédients du nord de la Grèce, le lieu de naissance du grand philosophe.

Les recettes, Palisidis fait aujourd’hui sont basées sur les découvertes archéologiques concernant les matériaux anciens Grecs utilisés dans la cuisine pour leur régime alimentaire quotidien. (…)

Le but du professeur de gastronomie était d’amener le régime des anciens à la table d’aujourd’hui, principalement comme un bon terrain pour une alimentation saine.

Au cours des trois dernières années, 10 hôtels et sept restaurants de la région de Chalkidiki ont servi le menu aristotélicien.

« Le menu aristotélicien est une proposition nutritionnelle idéale pour tous car il combine les caractéristiques du régime méditerranéen, des aliments riches en fibres, probiotiques, antioxydants et oligo-éléments, des aliments crus comme les olives, une préparation facile car il ne nécessite pas de formes complexes. et manger », a déclaré Palisidis.

Alors, je vous lance au défi, cet été invitez des amis et proposez leur un menu aristotélicien!!!

(Extrait d’article : Par Philip Chrysopoulos-11 juin 2018 – greek Reporter )

L’arôme d’Aphrodite au Musée Archéologique !

Un parfum remarquable de l’antiquité ravivé au Musée archéologique national.

Trois cent quarante objets des collections du Musée national d’archéologie en combinaison avec des instruments numériques modernes offrent une nouvelle exposition temporaire « Les innombrables aspects de la Beauté, » et la présentation d’un parfum recrée : la « Rose de Vénus. »

Le choix des parfums n’est pas accidentel. L’idée de Maria Lagogianni de les raviver est née du fait que les parfums ont joué un rôle important dans l’Antiquité.

download (1)

En fait, Aphrodite, un symbole de l’amour et de la beauté éternelle, a été lavée dans les huiles aromatiques douces quand elle a émergé de la mer.

Une odeur magique et éternelle

Agitateur des sens, depuis la haute Antiquité, le parfum a un pouvoir envoûtant. Ces parfums, constitués d’une base d’huile végétale et de matières premières odorantes de différentes natures comme les fleurs, les racines, les épices, les gommes-résines, imprègnent les émotions et la mémoire des hommes et des femmes. « Les soldats et les athlètes grecs se parfumaient.”

img-7-small480

Dans l’Antiquité comme aujourd’hui, les parfums étaient présents sous différentes formes selon l’usage souhaité. Un siècle avant Jésus-Christ, la parfumerie de Délos en Grèce est une véritable industrie. « Le parfumeur est dans son usine, avec son pressoir, ses fleurs et ses essences et à peine le parfum produit,il le vend dans la rue » (Olivier Quiquempois, Conservateur du patrimoine de la ville de grasse)….

INFOS PRATIQUES :

  • Musée archéologique national, ATHENES, Patision 44, Athènes.
  • Exposition: « Les innombrables images du beau ».
  • Durée:du 26 mai au 31 octobre.
  • Heures d’ouverture:lundi 13h00-20h00, mardi-dimanche 08h00-20h00.

Le design s’inspire de l’Antiquité

 

Vase grec, colonnes ioniques et doriques, Colisée… Pour créer meubles et objets, les designers empruntent à l’Antiquité ses formes architecturales. Une façon de puiser à nouveau dans un héritage immémorial.

M le magazine du Monde | 14.04.2018 à 06h30 | Par Marie Godfrain

VASES DESIGN

Tasses reproduisant des bustes grecs, verres et bougies imitant des colonnes doriques, piétements de table en forme d’arches… Depuis quelques semaines, les références à l’Antiquité envahissent les magasins de mobilier et de décoration. « Voilà un an et demi que nous sentons émerger cette relecture de l’antique. Plus ou moins littérale, plus ou moins détournée, plus ou moins géométrique… Elle inspire beaucoup les designers contemporains », remarque Luc Moulin, le fondateur de Fleux, qui écume les salons professionnels pour dénicher les nouveautés de sa boutique parisienne, vitrine des tendances.

Portés par la porosité grandissante entre design et architecture, les créateurs n’hésitent pas à changer l’échelle des bâtiments antiques pour les transformer en accessoires d’intérieur. Ainsi, l’Espagnol Jaime Hayón a réduit le Colisée à une corbeille à fruits et orné une carafe d’un visage de clown inspiré de l’empereur Auguste pour sa collection New Roman (Paola C). Et le collectif barcelonais DOIY vient de livrer la collection Hestia (divinité grecque du foyer) : plat à tarte posé sur un pied avec une spartiate, plateau en forme d’arène…

« NOUS SAVONS QUE, POUR REGARDER LOIN, NOUS DEVONS NOUS INSTALLER SUR LES ÉPAULES DES GÉANTS DU PASSÉ. » FABIO NOVEMBRE, DESIGNER

Ces créations associant art, design, histoire et architecture rappellent le travail de l’Italien Fornasetti, qui occupe le créneau néo-antique depuis les années 1950. La veine ne se tarit pas : jusqu’au 9 septembre, la marque milanaise investit le Palais Altemps, le musée d’art ancien de Rome, avec des tables décorées de pièces de monnaie romaine et des buffets peints de dessins de ruines antiques sélectionnés parmi les dernières collections.

design antique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite virée au Pirée? Suivez le guide!

Le Pirée, ce port mythique de la ville d’Athènes a son charme, pourtant on ne devrait pas dire le port mais les 3 ports du Pirée :

  1. Microlimano (anciennement Mounychie, Tourkolimano),
  2.  Zéa (Passalimani)
  3. Kantharos (Mega Limani, Kentrikos Limenas, Porto Draco) le grand port. C’est de ce dernier que partent les ferries pour les îles. Zéa et Microlimano sont les ports de yachts.

 le Pirée est facilement accessible par

  • bus :  ligne 40 depuis Syntagma et ligne 49 depuis Omonia) ou
  • par métro : ligne 1

Ainsi, le Pirée, bien plus qu’un lieu de transit entre Athènes et les îles, mérite la visite!

Pour une belle promenade, nous allons nous intéresser de plus près à la baie de ZEA.

L’ancien port de Zea, était l’écrin de la flotte démocratique sous Périclès, sa grande flotte, est le présent Pasalimani. Le nom Passalimani a été établi parce que pendant l’occupation turque, les pachas d’Athènes sont venus ici avec leurs harems pour nager.  Zea est le deuxième plus grand des trois ports du Pirée. Il y a encore des cafés historiques ici, à une époque où la haute société du Pirée allait tous les après-midi se promener avec leurs enfants, nounous et chiens!

Zea aujourd’hui est le centre d’activités récréatives du Pirée, l’un des endroits les plus populaires comme lieu de divertissement. Ainsi, la route côtière Tryphon Moutsopoulou regorge de restaurants,  de cafés et des magasins…

Dans les deux ports de plaisance, ZEA et MIKROLIMANO, des centaines de yachts de luxe donnent un aperçu de la Côte d’Azur et de St Tropez en France. Pendant les beaux jours, non seulement en été, les habitants du Pirée et de nombreux Athéniens se promènent autour de la baie et restent pour prendre un café ou boire un verre dans les cafétérias à ciel ouvert autour du golfe de Zea.

Alors, quand vous passez par Athènes, n’hésitez pas, allez prendre un café à la baie de ZEA…

piree2

Eleusis et ses mystères…

Les grands mystères d’Eleusis sont révélés au musée de l’Acropole!

Une nouvelle exposition temporaire ouvre lundi 26 Février au musée de l’Acropole.

Les « mystères d’Éleusis » sont une fête en l’honneur de la déesse Déméter ( déesse de l’agriculture et du renouveau ) qu’on célébrait tous les 4 ans.

Eleusis, bourgade à une vingtaine de kilomètres d’Athènes a acquis un rayonnement exceptionnel grâce aux cérémonies d’initiation pendant près de 2000 ans…

 

Le mot mystère vient de mustêrion, qui désignait en Grèce, dans l’Antiquité, une cérémonie religieuse secrète, permettant d’en comprendre le sens profond et caché.

A Eleusis, les initiés pensaient qu’ils connaîtraient eux aussi une seconde vie après la mort.

L’exposition présente les objets les plus importants mis au jour par les fouilles archéologiques, comme la statue unique de la « Fleeing Persephone » (vers 480 avant JC), le relief votif représentant Déméter et Kore (Perséphone) …

flying persephone

« Fleeing Persephone »

L’exposition comprend des découvertes archéologiques en particulier de la Voie sacrée, car la procession religieuse a commencé à Athènes avec une foule d’Initiés et de candidats à l’initiation et s’est retrouvée dans l’Eleusis Telesterion, « temple d’initiation ».

Musée de l’Acropole: 15 rue Dionysiou Areopagitou, Athènes 11742  Tél .: +30 210 9000900

Heures d’hiver (1er novembre – 31 mars)
Lundi – Jeudi 9h00 – 17h00 (dernière entrée: 16h30)
Vendredi 9h00 – 22h00 (dernière admission: 21h30)
Samedi / dimanche 9h00 – 20h00 (dernière admission: 19h30)

 

 

 

Le Pirée-Aéroport en une heure et trois minutes!

Liaison ferroviaire directe à partir du 1er février 2018

 

Aujourd’hui, pour aller du Pirée à l’aéroport, vous devez effectuer  un transfert depuis la gare d’Athènes. Le jeudi 1er février, la liaison ferroviaire directe du port du Pirée à l’aéroport international d’Athènes est opérationnelle en une heure et trois minutes.

En outre, les temps de trajet généraux seront considérablement réduits, par exemple, on peut commencer à partir du Pirée, faire une correspondance à la gare de Larissa et ensuite se diriger vers l’Acropole dans environ une demi-heure. D’autre part, les passagers du Péloponnèse et de l’ouest de l’Attique pourront facilement rejoindre le port sans avoir besoin de transfert.

Il existe toujours le bus EXPRESS X96, qui part toutes les 20 minutes de l’aéroport!

Pour plus d’info :

métro : http://www.athensairporttaxi.com

bus: http://www.athensairportbus.com

BON VOYAGE!

 

 

1834, Comment Athènes, petit bourg de 7000 habitants est devenue capitale de la Grèce?

Élu roi de Grèce à l’âge de dix-sept ans, Othon Ier prend la tête d’un pays marqué par quatre siècles d’occupation ottomane et ravagé par une guerre d’indépendance, qui s’est étalée sur presque dix ans.

Bonfils,_Félix_(1831-1885)_-_Athens_-_Acropolis_about_1868-1875

vers 1870

Quand, en 1834, Athènes devint la capitale du jeune royaume de Grèce, c’était une petite ville pleine de ruines, ravagée par la guerre et presque déserte par ses habitants – sa population totale s’élevait à seulement 7 000 personnes…

Ainsi,  pendant le règne d’Othon Ier, on construit une ville moderne et des bâtiments publics sont érigés. Parmi les œuvres les plus connues et réussies, on trouve l’université nationale d’Athènes, la Bibliothèque nationale de Grèce, l’Académie nationale de Grèce.

La population de la ville explose après la désastreuse guerre contre la Turquie en 1921, quand plus d’un million de réfugiés grecs d’Asie Mineure émigrent en Grèce.

Des banlieues commencent en tant que simples camps de réfugiés.

images (13)

Après la seconde guerre mondiale, la ville reprend son essor et les Grecs y migrent depuis leurs villages et îles.

 

L’entrée de la Grèce dans l’Union européenne en 1981 entraîne beaucoup d’investissements dans la capitale, mais également l’augmentation des problèmes sociaux et environnementaux.

Aujourd’hui, près d’un tiers des Grecs vivent à Athènes et en Attique, soit 3 750 000 Grecs !

OMONIA, « La place de la Concorde », renaît de ses cendres?

PETIT RAPPEL EN PHOTOS:

 

Aujourd’hui, c’est une place vivante mais c’est une verrue énorme en plein centre d’Athènes… Si on lève la tête, on comprend vite,  en admirant ces grands hôtels et bâtiments néoclassiques abandonnés, sa grandeur passée…et puis dans les années de crise économique, OMONIA est devenue synonyme d’effondrement social et, a été caractérisée comme un «espace public décadent».

Il y trois ans, le grand café NEON, datant de 1920  a été restauré, je n’y croyait pas, mais pour ma plus grande joie, il est magnifique, encore plus beau que ce que je pouvais imaginer et l’histoire ne s’arrête pas là!

OMONIA VENETI NEON

CAFÉ NÉON RESTAURÉ

 

Au printemps, avril 2018, va ré-ouvrir l’ancien Café BAGKEION!

Bagkeion a été construit comme un hôtel, par l’ architecte Ernst Ziller, dans la période 1890-1894, à la suite d’un don de John Baga. Il a été un point de repère des écrivains, l’un des plus populaires. Il a fonctionné pendant un siècle, en tant qu’hôtel de première classe, avec la plupart des riches grecs  de province.

Là-bas, à l’intersection de la route Athénas, à la place Omonia, dominent les deux bâtiments imposants Bagkeion et Le Grand Alexandre qui depuis de nombreuses années, ont été laissés dans un état de déclin et d’abandon.  Il est prévu de redécorer la place comme un exemple distinct de l’architecture de la vie athénienne.

La société BENETH a investi environ 2 millions d’euros pour d’une part, consolider le bâtiment et d’autre part, pour restaurer selon les instructions de la Direction des Antiquités et des Monuments et révéler les richesses esthétiques de l’époque…

la fin des kiosques?! Non!

_2

Au début, ils étaient de petits buralistes, qui sont apparus immédiatement après la première mise en place de l’état grec à Nauplie en 1822. Les premiers kiosques qui ont été créés avaient pour but de réhabiliter des guerriers blessés et handicapés.

les kiosques, en grec, les « PERIPTERO » ainsi, s’installent dans les centres urbains.

Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la société, placés sur les trottoirs, sur les places, dans les parcs, aux arrêts de bus…

« De 11 000 kiosques au début de 2010, nous sommes maintenant à environ 5 700 kiosques. Nous en avons environ la moitié. La crise financière nous a frappé. Les développements du marché, tels que la création de chaînes, ont également eu un impact sur notre industrie « , a déclaré Theodoros Mallios, président de l’association des kiosques grecs

 

Les kiosques font partie de  la société depuis de nombreuses années. Leur forme est une spécificité et une originalité grecque, mais elle apporte beaucoup de facilité dans la vie de tous les jours, aussi bien la nôtre que celle des touristes…Alors, allons tous dans ces petits coins de vie au charme unique!